Rechercher

La feuille de route RSE comment ça marche?


La feuille de route RSE comment ça marche?

I. Créer une feuille de route RSE pour piloter sa stratégie


La Responsabilité Sociétale ou Sociale des Entreprises a commencé en 1960 et permet d’intégrer les préoccupations environnementales et sociales au sein des entreprises. A l’aide d’une stratégie RSE, les entreprises s’engagent auprès de leurs salariés pour améliorer leurs conditions de travail, mais aussi pour développer des actions en faveur de la transition écologique en réduisant leur empreinte carbone par exemple.


Mettre en place une stratégie RSE c’est impliquer les salariés dans une démarche qui se veut sincère, cohérente et constructive. Cette stratégie est la plupart du temps en lien avec les 17 objectifs du développement durable: ces objectifs ont été définis par l’ONU pour répondre à des objectifs mondiaux sur différents domaines comme la réduction des inégalités dans le monde, l’accès a un travail décent, l’accès à des soins médicaux pour tous ou encore la participation à une consommation et à une production responsable etc.


La Responsabilité sociétale ou sociale se construit autour de trois piliers :

  • Un pilier économique : l’entreprise fait le choix de soutenir économiquement les entreprises locales, les fournisseurs et les producteurs locaux. Ce pilier comporte aussi la transparence et le paiement des factures dans des délais légaux par exemple.

  • Un pilier environnemental : avec ce pilier l’entreprise montre son envie de réduire son impact environnemental en utilisant les ressources nécessaires au bon fonctionnement de l’activité de manière responsable ou en réduisant les déchets en entreprise par exemple

  • Un pilier social : ce pilier assure le respect des droits de l’Homme, de non-discriminiation, du principe de mixité et d’égalité des chances.

La démarche RSE rassemble plusieurs avantages pour les entreprises, elle leur permet de contribuer à leur marque employeur et d’attirer de nouveaux talents, d’identifier et de maîtriser les risques qui peuvent peser sur l’entreprise, de satisfaire les attentes des différentes parties prenantes mais aussi de répondre à des obligations légales.


Pour pouvoir faire de cette démarche une réussite, il faut mettre en place une feuille de route RSE. Cette feuille de route permet d’avoir vue d’ensemble de l’état des lieux de l’entreprise, les actions à mettre en place et les objectifs de la démarche. Elle permettra aux dirigeants de prendre des décisions notamment sur le budget à allouer aux actions, aux changements stratégiques, aux recrutements si nécessaire etc. Elle permettra également au comité RSE de suivre et piloter la stratégie.


Pour créer et mettre en place une feuille de route RSE efficace et cohérente il convient de respecter plusieurs étapes.


II. Créer une feuille de route RSE en 6 étapes



1. Déterminer les personnes en charge de piloter chaque enjeu :


Une des étapes les plus importantes pour se lancer dans une démarche RSE est de pouvoir nommer un comité de référent RSE qui aura la charge de piloter la stratégie RSE. Ce comité est choisi en fonction des compétences ou des sensibilités de chaque membre, il peut être interne à l’entreprise ou externe cela sera défini en fonction des ressources disponibles en interne mais aussi de la taille et/ou du niveau de maturité de l’entreprise sur les sujets RSE. Ils devront définir la feuille de route RSE mais aussi animer la démarche RSE de l’entreprise, communiquer en interne autour de la stratégie et son évolution, créer des ateliers, communiquer sur l’avancé de la démarche et mobiliser les salariés.


2. Définir les enjeux et donc les axes de la feuille de route RSE


Le comité RSE aura la charge de réaliser une veille RSE à l’intérieur de l’entreprise afin de comprendre et d’analyser les besoins de l’entreprise en termes de RSE. Et surtout de mesurer la maturité RSE des actions de l’entreprise si une démarche a déjà été effectuée par le passé.

Le comité RSE pourra également s’inspirer de ce qui existe déjà dans en externe pour déterminer s’il y a des actions inspirante à intégrer dans l’entreprise comme des ateliers RSE ou des conférences.


En fonction de leur analyse, le comité RSE choisira les enjeux prioritaires à mettre en place comme la gestion des déchets, accentuer l’inclusion, la diversité lors des processus de recrutement, la création d’un référentiel spécifique pour les fournisseurs etc.

Selon les enjeux définis par l’entreprises des actions seront mises en place, certaines activables à court terme et d’autres qui impliquent des changements stratégiques et organisationnels à plus long terme.


3. Fixer des objectifs et identifier les indicateurs de performance


Les objectifs devront être définis en même temps que les enjeux, ils permettront de choisir les actions à mettre en place. Les objectifs devront être répartis en à 3 catégories, court, moyen et long terme selon les changements qu’ils impliquent.

Une fois ces objectifs déterminés, le comité définira des indicateurs de performance adaptés à ceux-ci pour apprécier la bonne réalisation de la démarche. Ces indicateurs de performance permettront au comité RSE de prendre des décisions, de faire évoluer les objectifs et/ou les actions ou de démontrer la réussite de la démarche et des actions réalisées par exemple.

Nous recommandons une communication mensuelle de la part du comité RSE au sujet de la démarche avec les salariés pour qu’ils puissent pleinement comprendre son sens et y adhérer naturellement.


4. Planifier les actions dans le temps


La planification est essentielle au bon déroulement et à la bonne réalisation de la feuille de route RSE de l’entreprise. Il faut être lucide et cohérent sur les actions à planifier et la temporalité de ces dernières. Cela est propre à chaque entreprise et dépend de nombreux facteurs : maturité RSE, nombre d’équivalents temps plein à disposition, aspect structurant des actions… La bonne planification des actions à mettre en place déterminera la réussite ou non de ces mêmes actions.


Chez mão boa nous vous recommandons de prioriser vos actions sous forme de temps fort , par exemple un temps fort autour de la pollution numérique, de l’égalité homme/femme ou encore sur les sujets de développement durable. Cela permet d’acculturer l’ensemble des collaborateurs aux sujets prioritaires pour l’entreprise. De plus ces temps fort peuvent aussi être l’opportunité pour l’entreprise d’identifier des collaborateurs sensibles à tel ou tel sujet et d’intégrer ces collaborateurs dans le pilotage d’actions spécifiques.


Chaque temps fort doit être choisi en fonction des objectifs de l’entreprise définis précédemment. Certains sujet seront par nature plus structurant et plus long à mettre en place que d’autres il faut en être conscient et planifier de façon cohérente ses actions sur du court, moyen et long terme.


5. Communication des indicateurs de performance


Nous vous recommandons de communiquer tous les mois les indicateurs clés de performance aux salariés de l’entreprise, pour montrer le résultat de leur engagement et ceux de l’entreprise, et surtout valoriser leurs actions mais aussi celles mises en place par l’entreprise.

Par exemple, créer un dashboard qui sera mis à jour régulièrement et qui servira aux salariés pour suivre l’avancée des actions, mais aussi à la direction qui pourra apprécier la réussite de cette démarche et voir concrètement son évolution.


Ce dashboard pourra permettre au comité RSE de déterminer les axes d’amélioration, de modifier certains enjeux, mais aussi de faire évoluer les objectifs et les actions à mettre en oeuvre.


6. S’assurer de la compréhension de la démarche auprès des salariés


Il est essentiel de la part du comité RSE de s’assurer que l’ensemble des salariés soient au courant de la démarche, des objectifs et des actions mises en oeuvre. C’est un exercice de communication interne permanent qui doit être mené pour s’assurer que tout le monde comprenne et adhère à la démarche.


Pour y parvenir nous vous recommandons de mettre en place un questionnaire une fois par trimestre afin de s’assurer que la démarche est connue et comprise par tous, ce questionnaire est aussi l’opportunité de récolter des retours de la part des collaborateurs. Ce questionnaire peut également vous permettre d’interroger les salariés et de faire émerger de nouveaux objectifs dans votre feuille de route RSE ou de nouvelles actions à mettre en place.



Comme évoqué dans cette article la mise en place de la feuille de route RSE est un exercice complexe qui peut prendre du temps, mais elle est un outil essentiel pour pouvoir définir puis piloter animer sa stratégie RSE dans le long terme. La feuille de route RSE est un outil de pilotage et de contrôle qui est évolutif en fonction de l’entreprise, de son évolution, de ses ressources à disposition, de sa maturité RSE etc…


Avec la solution mão boa nous pouvons intervenir à différentes étapes de la construction de cette feuille de route RSE, certains de nos clients utilisent mão boa pour définir leurs grandes orientations stratégiques et mettre en place leur feuille de route RSE alors que d’autre souhaitent activer leur feuille de route RSE auprès de l’ensemble de leurs collaborateurs avec l’aide de la plateforme mão boa. N’hésitez pas à nous contacter pour échanger à ce sujet.




0 commentaire